Accueil > Renault > Laguna

Renault Laguna


Présentation Renault Laguna

Laguna I (1994-2001)

La Laguna succède à la R21 en 1994 pour s’imposer comme la nouvelle berline de référence de la marque au losange. Déclinée en version cinq portes et break, elle se démarque de son aînée par une carrosserie aux lignes adoucies, un intérieur plus soigné, une conduite plus confortable et un niveau de sécurité passive accrus, notamment grâce au développement de l’airbag. En 1998, un premier restylage enrichit la gamme de nouveaux équipements et d’innovations technologiques contribuant à diminuer sa consommation et ses émissions polluantes. Cette phase 2, produite à 205 000 exemplaires en 1999 et faisant de la Laguna la 8e voiture la plus vendue en France (3,4% du marché), bénéficie de nouvelles finitions, de nouvelles teintes et d’un look plus dynamique. Aux trois moteurs essence d’origine 1.8 (95ch), 2.0 (155ch) et V6 (167ch) vient alors s’ajouter un diesel 2.2 de 85ch puis, mis à part le 1.8 GPL (85ch), tous les moteurs de la Laguna affichent bientôt une puissance supérieure à 100ch, des multisoupapes essence 1.6 16V (110ch), 1.8 16v (120ch) et 2.0 16v (140ch), aux diesel à injection directe 1.9 dTi (100ch), 1.9 dCi “common rail“ (110ch) et 2.2 dT(115ch). Au risque d’écorner l’image de “familiale sage“ à laquelle elle est souvent réduite, on évoquera la tentative avortée de diffusion du “Hartge B52“ en 1995, un prototype doté du fameux V6 de la Safrane Biturbo (280ch), sans oublier que la vocation sportive de la Laguna lui permettra aussi de concourir pour le regretté championnat de France de Supertourisme et surtout, outre-manche, de remporter le championnat BTCC en 1997, pilotée par le Suisse Alain Menu.

Laguna II (2001-2007)

Encore plus fiable au niveau mécanique, la Laguna II qui sort des usines de Sandouville en 2001 parvient, avec 4,4% des ventes, à se hisser dans le top 5 hexagonal mais souffre rapidement de graves pannes électroniques et parfois de casses sur le 1.9 dCi. Sa réputation aura du mal à se relever de cet épisode même si la confiance semble toutefois revenir à partir de 2003, notamment avec le succès de la version break Estate venue contrer la forte tendance “monospaçophile“ du marché. Avec la carte mains-libres livrée de série sur les hauts de gamme et l’ESP sur tous les modèles, la Laguna II devient même une référence de sécurité au niveau mondial par ses excellents résultats aux crash-tests. Equipée d’une variété de moteurs essence (tous 16V à l’exception du 3.0 24V) et diesel de 110ch à 210ch, elle se décline en finitions Authentique, Expression, Dynamique, Privilège et Initiale, auxquelles viendra s’ajouter, après restylage en 2005, une version GT dotée d’un nouveau 2.0 Turbo essence de 205ch. Cette phase 2 opère également quelques modifications esthétiques extérieures (calandre, optique lenticulaire, jantes,…), intérieures (planche de bord, revêtements, instrumentation,…) et mécaniques par des motorisations encore plus silencieuses et moins gourmandes.

Laguna III (2007-)

Disponible à l’automne 2007 en versions berline puis break, les premiers mois de vente de la Laguna III placent celle-ci en tête du segment D (1,8% du marché) sans pour autant atteindre tous les objectifs fixés par la direction de Renault, probablement à cause des mauvais souvenirs laissés par le lancement de la génération précédente. Pourtant, la firme aura fait le maximum pour rassurer sa clientèle en jouant sur les points forts du modèle - le comportement routier, le confort et la sécurité - tout en mettant les bouchées doubles sur la fiabilité de l’électronique, au point de réinventer le système à quatre roues directrices, baptisé “4Control“, sur la dynamique version GT et sur le Coupé dévoilé au Grand Prix de Monaco en 2008. Bien que la finition intérieure et la face avant aient rapidement trouvé leur public, le design de la face arrière et les suspensions raffermies semblent avoir fait moins d’adeptes. Munies de boîtes 6 vitesses, les motorisations s’étendent, côté essence, du 1.6 (110ch) au 2.0 (140ch, turbo 170ch, GT 205ch) en passant par le 3.5 V6 (240ch) installé sur le Coupé. Côté diesel, on pourra faire ronronner au choix un 1.5 dCi (110ch), un 2.0 dCi (130ch à 180ch en version GT) ou encore le 3.0 V6 dCi (235ch) du Coupé.

Autres modèles du constructeur Renault

Laguna d'occasion

Voir les 266 Renault Laguna d'occasion en stock